Pomme d’Api

Jacques Offenbach (1819-1880)

 

On sait qu’Offenbach a commencé sa brillante carrière avec une foule de petits actes (bouffonneries désopilantes ou charmants opéras-comiques), avant de devenir mondialement célèbre avec ses grands opéras bouffes. Mais même alors, il a continué à produire dans le format qui lui rapporta ses premiers succès et même, quelques-uns des plus réussis dans ce genre, datent de cette époque.

Ainsi, la ravissante Pomme d’Api date de 1873, donc d’après la chute de Second Empire et est plus, que d’autres, imprégnée de cette ambiguïté qui reste la marque de fabrique de ce musicien. Ses auditeurs passent sans transition d’une situation hilarante à une atmosphère pleine d’une déchirante mélancolie et de nostalgie romantique devant un bonheur perdu. Le théâtre lyrique léger de l’époque ne cherche plus à se moquer des institutions et de la classe dirigeante, en de corrosives satires. Il veut des intrigues sentimentales et aimables, traversées de gros chagrins, mais poivrées désormais de quelques situations risquées.

Offenbach a 54 ans maintenant et la guerre l’a beaucoup secoué. S’il récolte toujours des succès, il doit les partager et cela doit l’inquiéter secrètement. Est-ce pour cela qu’il met en scène un homme vieillissant qui doit céder la place à la jeunesse triomphante, dont il n’est plus membre ?

Robert Pourvoyeur

L’argument

Ancien fabricant de machines à coudre, Rabastens est rentier. Célibataire, il est très attiré par le beau sexe. Il a forcé son neveu Gustave à renoncer à sa petite amie Catherine, dite Pomme d’Api, car, dans son esprit une liaison ne doit pas s’éterniser. Pour l’heure, il attend sa nouvelle servante.
Avant elle, Gustave arrive, inconsolable d’avoir du se séparer de la gentille Pomme d’Api. Mais que voulez-vous, quand votre oncle à héritage vous coupe les vivres !
La nouvelle bonne se présente. Rabastens la trouve fort à son goût tandis que le neveu reconnaît en elle «sa» Pomme d’Api. Il tente de la reconquérir, mais elle reste inflexible. Ne sachant rien et conquis, Rabastens ne la traite pas comme une domestique, l’invite à se mettre à table avec eux et bientôt lui propose une liaison sérieuse.
Elle déclare vouloir prendre l’avis de Gustave, qui lui conseille de consulter son cœur. Elle tombe dans les bras de son amoureux. L’oncle, d’abord furieux, mais vite attendri, augmente la rente de Gustave et l’autorise à épouser sa belle.

La partition

Ouverture ; “L’employé m’a dit” (Rabastens) ; “Mon oncle, ne vous fâchez pas” (Gustave) ; Duo “Bonjour Monsieur, je suis la bonne” (Catherine, Rabastens) ; Trio “Va donc, va donc chercher le grill” ; Duo “C’est un dimanche, un matin” (Gustave, Catherine) ; Trio “À table, à table” ; Romance “Consultez votre cœur” (Gustave) ; Final

Fiche technique

Pomme d’Api
Opérette en 1 acte de Ludovic Halévy et William Busnach. Musique de Jacques Offenbach. Création, Paris, théâtre de la Renaissance, le 4 septembre 1873. Avec :
Mlle Théo (Pomme d’Api), Mme Dartaux (Gustave, rôle travesti) et Daubray (Rabastens)

Discographie

Intégrales

Claudine Granger, Jacques Ducros, André Payol. Orch. Emmanuel Koch
Bourg Record BG 2010 (1 V) & BGC 6 (1 CD)

Mady Mesplé, Jean-Philippe Lafont, Léonard Pezzino. Orch. Manuel Rosenthal
1 coffret EMI 173 174/3  (3V) & 2 CD EMI 7493612 (+Monsieur Choufleuri +Mesdames de la Halle)

Références

Vous retrouverez Pomme d’Api dans “Opérette” n° 33, 50, 119, 175, 179, 185 et 207. Si l’un de ces articles vous intéresse, vous pouvez le consulter en allant sur notre page “Anciens numéros”

Dernière modification: 02/03/2024

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.