Les P’tites Michu

Les P’tites Michu

André Messager (1853-1929)

 

Le Chevalier d’Harmental, d’après Alexandre Dumas, est créé à l’Opéra-Comique le 5 mai 1896. Dans ” Musica ” (septembre 1908), le compositeur écrit :
“Ce dernier ouvrage, auquel j’avais travaillé longuement, l’ayant commencé trois ans auparavant, tomba lamentablement, et sa chute me fut d’autant plus pénible que j’y attachais une grande importance et pensais avoir donné là toute la mesure de ce que je pouvais faire. J’étais tellement découragé par cet insuccès que je ne voulais plus écrire du tout et tentai de me retirer en Angleterre…”

Messager est d’ailleurs à Londres lorsqu’il reçoit le livret des P’tites Michu. Le sujet, dû à Albert Vanloo et Georges Duval, le séduit et il oublie vite sa récente déconvenue. Il se met au travail et, en trois mois, termine l’ouvrage qui est créé sur la scène des Bouffes-Parisiens, le 16 novembre 1897 avec un énorme succès qui se prolonge pendant 150 représentations.
On ne change pas une équipe qui gagne, c’est bien connu. L’année suivante, sur la même scène, nos auteurs donnent l’ouvrage le plus célèbre de Messager : Véronique . Mais ceci est une autre histoire …

La postérité avait presque oublié LesP’tites Michu jusqu’ à leur reprise par Angers-Nantes Opéra, en 2018, et la diffusion à plusieurs reprise de ce spectacle à la télévision. Un album de l’intégrale de la partition a été gravé par le Palazzetto Bru Zane.

L’argument

En 1793, au moment où les autorités révolutionnaires s’apprêtent à arrêter le marquis des Ifs, l’épouse de ce dernier perd la vie en donnant le jour à une petite fille. Le marquis confie l’enfant aux époux Michu, dont la femme vient également d’accoucher d’une fille, avant de disparaître pour échapper à ses poursuivants. À quelque temps de là, le père Michu se charge de baigner les enfants. Il les met ensemble dans la baignoire, puis, au moment de les rhabiller, est incapable de les distinguer l’une de l’autre.

Acte I : 
Le jardin de l’institution Herpin en 1810

Avec l’argent du marquis, les Michu se sont installés aux Halles où leur commerce a prospéré. Leurs deux filles – car Blanche-Marie et Marie-Blanche passent pour les sœurs jumelles qu’elles croient être – poursuivent leur éducation au pensionnat tenu militairement par Mlle Herpin. Aristide, le commis des Michu, est amoureux de l’une d’elles, mais sans savoir exactement de laquelle !
Retour du marquis, devenu général d’Empire. Il fait rechercher sa fille Irène par son ordonnance Bagnolet pour la marier au lieutenant Gaston Rigaud, l’officier qui lui a sauvé la vie au siège de Saragosse.
Par le plus grand des hasards, Gaston est le neveu de Mlle Herpin. En venant rendre visite à sa tante, l’officier fait la connaissance des petites Michu. Le cœur des deux jeunes filles se met aussitôt à battre pour le beau militaire.
Bagnolet retrouve enfin les Michu. C’est l’instant de vérité. Bien embarrassé, le brave maraîcher s’en va trouver le général, accompagné de sa femme et de ses deux filles, qui ne comprennent tout d’abord rien à cette visite précipitée.

Acte II :
Chez le général des Ifs

Les invités du général attendent d’être présentés à Irène des Ifs, dont l’arrivée prochaine est annoncée. Mis en présence des Michu, le général ne veut rien savoir de leurs explications : Gaston ne peut épouser deux femmes. Il exige qu’on lui désigne sa fille. Malgré son amour pour Gaston, Blanche-Marie décide de se sacrifier pour sa sœur qu’elle croit éprise de l’officier. C’est donc Marie-Blanche qui sera Irène des Ifs !

Acte III :
La boutique des Michu

Blanche-Marie s’est résignée, la mort dans l’âme, à épouser Aristide, mais son fiancé ne l’attire pas plus que le commerce des fromages. De son côté, Marie-Blanche désole son père et son fiancé par son langage et ses allures populaires. Ils ne peuvent comprendre qu’elle se rende à chaque instant aux Halles où elle n’hésite pas à servir la pratique. Marie-Blanche s’aperçoit de l’erreur commise. Elle comprend que sa sœur aime Gaston. De son côté, elle préfère la boutique et Aristide à la vie mondaine qu’on lui promet.
Le jour de la double noce, elle fait chercher le portrait de la marquise des Ifs. Elle imagine d’habiller sa sœur avec le costume de la marquise, de la poudrer et de la coiffer comme elle : la ressemblance est étonnante. Le marquis croit retrouver sa femme. Blanche-Marie est donc bien sa fille !
Marie-Blanche épousera Aristide et Blanche-Marie sera heureuse avec Gaston.

La partition

Acte I :  Ouverture ; Chœur et couplets “Le tambour résonne” ; Duetto (Blanche-Marie et Marie-Blanche) ; Madrigal “Quoi, vous tremblez ma belle enfant” (Gaston) ; “C’est nous les p’tites Michu” (Blanche-Marie, Marie-Blanche, Gaston) ; “Oui, ma chère, pour me plaire” (Marie-Blanche) ; Trio et couplets (Mme Michu, Michu, Aristide) ; “Voici maman, papa gâteau” (Blanche-Marie et Marie-Blanche) ; “Celle que j’veux” (Aristide) ; Final I

Acte II : Introduction et couplets (le général) ; “Quel malheur, quel malheur”, “Je ne suis plus ta sœur” (Blanche-Marie et Marie-Blanche) ; “Il m’en faut une” (le général) ; Prière à St-Nicolas (Blanche-Marie et Marie-Blanche) ; “C’est la fille du général” (Blanche-Marie, Marie-Blanche, Gaston) et reprise de la prière à St-Nicolas ; Final II

Acte III : Chœur et ensemble ; “Je suis un fiancé fixé” (Aristide) ; Romance “Ah ! sœurette” (Blanche-Marie) ; Chœur et ronde des Halles ; “Sachons lui cacher mes alarmes” (Blanche-Marie et Gaston) ; Sextuor “Une poudre à frimas” ; Final III

Fiche technique

Les P’tites Michu
Opérette en 3 actes d’Albert Vanloo et Georges Duval, musique de André Messager. Création à Paris, théâtre des Bouffes-Parisiens, le 16 novembre 1897. Avec :
Alice Bonheur (Marie-Blanche), Odette Dulac (Blanche-Marie), L.Laporte (Mlle Herpin), Mme Vigouroux (Mme Michu), Barral (des Ifs), Regnard (Michu), Maurice Lamy (Aristide), Manson (Gaston), Brunais (Bagnolet)
Editions Choudens

— Discographie

Intégrale

Anne-Aurore Cochet, Violette Polchi, Marie Lenormand, Caroline Meng, Philippe Estèphe, Damien Bigourdan, Boris Grappe, Azthavaz Sargsyan, Romain Dayez. Dir. Pierre Dumoussaud
2 Cd Pallazzetto Bru Zane BZ1034

Sélections

Claudine Collart, Christiane Harbell, Camille Maurane, Claude Devos. Direction musicale, Roger Ellis
(27mn) à la suite de “Passionnément” sur le double CD Musidisc 201352.

Liliane Berton, Nadine Renaux, Camille Maurane, Claude Devos. Direction musicale, Jules Gressier
EPM/Emi 767 512 2 (2CD) (+ Monsieur Beaucaire + Véronique)

Liliane Berton, Nadine Renaux, Camille Maurane, Claude Devos. Direction musicale, Jules Gressier
EMI 151 53 332/36 (coffret 5 disques 30cm, comprenant également La Basoche, Fortunio, Monsieur Beaucaire et Véronique).

Liliane Berton, Nadine Renaux, Camille Maurane, Claude Devos. Orch. Jules Gressier
Sélection du Reader’s Digest CD 3159.12 (réédition 33t EMI) (3 CD) (+ Une Education manquée [Chabrier] + Mam’zelle Nitouche [Hervé]+ L’Ile de Tulipatan [Offenbach] + divers)

Références

Vous retrouverez Les P’tites Michu dans “Opérette” n° 78, 110, 127, 155, 187, 188 & 208. Si l’un de ces articles vous intéresse, vous pouvez le consulter en allant sur notre page “Anciens numéros”

Dernière modification: 03/03/2024

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.