Gillette de Narbonne

Gillette de Narbonne

Edmond Audran (1840-1901)

 

Paris,1880. Monsieur Cantin présidait avec beaucoup de réussite aux destinées du théâtre des Bouffes-Parisiens. Le 16 mars 1880, il avait accueilli Les Mousquetaires au Couvent, qui devaient atteindre 250 représentations consécutives, nombre important pour l’époque. Le succès de La Mascotte (29 décembre 1880) fut encore plus net. L’opérette d’Audran devait en effet tenir l’affiche pendant plus de 450 représentations. Après une petite erreur de parcours (Coquelicot de Varney ne put dépasser les 40 représentations), Cantin fit à nouveau appel à Audran.Le compositeur s’assura la collaboration de Chivot et Duru ses librettistes habituels. Les auteurs, comme Shakespeare en 1598 avec Tout est bien qui finit bien, s’inspirèrent du conte de Boccace La femme vaillante pour leur nouvel ouvrage qu’ils intitulèrent Gillette de Narbonne.

Cantin fit confiance aux artistes qui avaient triomphé dans ses précédents spectacles. C’est ainsi que le baryton Morlet qui avait chanté Brissac avant de créer le rôle de Pippo, était Roger de Lignolles. Le ténor Charles Lamy, remarquable Fritellini, se tailla un vif succès dans le rôle d’Olivier, et Mademoiselle Montbazon, qui avait été une mascotte bien en chair, sut faire apprécier dans le rôle de Gillette sa voix bien timbrée de mezzo. Sans être comparable à celui de La Mascotte, le succès de Gillette de Narbonne fut réel.

A Paris, après la reprise  de Gillette de Narbonne en 1935 (avec Fanély Revoil, André et Suzanne Baugé),on ne peut signaler que celle de l’Auguste Théâtre, en 2023. L’ouvrage est cependant resté très longtemps au répertoire des scènes de province. Puis il a été admis dans un purgatoire d’où il espère bien qu’un directeur avisé viendra prochainement le délivrer.

L’argument

Acte I : La place d’un village provençal
L’action se déroule en Provence en 1440, sous le règne du bon Roi René. Celui-ci est atteint d’une fièvre maligne. Gillette, la fille du célèbre médecin Gérard de Narbonne, apporte au souverain le remède qui lui redonne la santé. En récompense, le roi lui promet d’exaucer son premier souhait. Justement, son ami d’enfance, Roger de Lignolles, après avoir guerroyé en Italie, est de retour au pays. Roger, qui n’avait pas vu Gillette depuis plusieurs années, retrouve une belle jeune fille, et lui conte aussitôt fleurette, comme il le fait à toutes les femmes qu’il rencontre. Gillette aime Roger depuis toujours. Elle se croit aimée en retour, et demande au roi de l’unir au jeune homme.
Le souverain accède à son désir, mais Roger est furieux. Il doit pourtant s’incliner. À peine la cérémonie terminée, il s’enfuit en Italie, non sans avertir Gillette, qu’il ne la considérera pas comme sa femme, tant qu’elle ne pourra lui présenter un enfant qu’elle aura eu de lui.

Acte II : Une hôtellerie aux environs de Naples.
Un mois plus tard, nous retrouvons Roger de Lignolles aux environs de Naples. Le jeune homme est accompagné d’Olivier,Gillette de Narbonne 2 le séduisant fils du roi René, venu en Italie faire son apprentissage de la guerre, et si faire se peut, de la guerre en dentelles.Le précepteur d’Olivier, un barbon du nom de Griffardin, est également du voyage. Griffardin est l’époux caché de Rosita, qui, par un singulier hasard, est la nièce de l’aubergiste chez qui nos héros ont pris gîte. À la barbe du mari, Roger et Olivier se disputent le cœur de Rosita. Mais survient Gillette, travestie en cavalier. Elle se fait passer pour son propre frère jumeau.
Roger réussit à obtenir un rendez-vous de Rosita. À la faveur de l’obscurité, Gillette se substitue à la jeune femme. C’est ainsi que sans le savoir, Roger deviendra réellement l’époux de… son épouse. Il est tellement enchanté de sa compagne qu’il lui remet une bague de famille. Les effusions des nouveaux mariés sont interrompues par l’arrivée des ennemis. Roger part au combat sans s’être douté de la substitution et sera fait prisonnier.

Acte III : Le château des comtes de Lignolles, en Provence
Dix mois plus tard. Gillette est maintenant mère d’un vigoureux garçon. Roger rentre de captivité le jour même où la Cour du Roi René est en liesse pour célébrer le baptême de l’héritier des Lignolles. Roger est furieux, car il se figure qu’Olivier, promu parrain, est en réalité l’heureux père. Gillette le fait languir un bon moment, avant de lui montrer la bague, unique témoin de leurs amours. Roger tombe aux pieds de sa femme et lui jure un amour éternel. Griffardin, rassuré sur la vertu de sa femme, ne prend pas ombrage de l’empressement d’Olivier pour elle. C’est donc dans l’allégresse générale que se terminera cette belle histoire.

La partition

Acte I : Ouverture ; “Ah, quel joli roman” (Olivier) ; Chanson provençale (Gillette) ; Entrée de Roger “Le plaisir nous convie” ; “Souvenir des jeunes ans” (Roger et Gillette) ; “Quand on atteint un certain âge” (Gillette) ; Ronde “Claudine dans notre village” (Rosita) ; Final I

Acte II : “Elle a la figure mutine” (Roger) ; Trio “Voyez quelle tournure aimable” (Roger, Olivier, Rosita) ; La chanson du sergent Briquet (Gillette) ; “Quand un luron me prend la taille” (Rosita) ; Duo Roger-Gillette “A votre doigt, que vois-je donc” ; Final II

Acte III : “D’un bel enfant rose et charmant” (Rosita) ; “Quel plaisir, quel enivrement” (Rosita) ; “Permettez-moi ma commère” (Olivier) ; ” Faut-il que je formalise” (Gillette) ; Duo Roger-Gillette “Mon seul bien, désormais, c’est toi” ; Final III

Fiche technique

Gillette de Narbonne
Opéra-comique en 3 actes d’Alfred Duru et Henri Chivot, d’après le conte de Boccace La femme vaillante ; musique Edmond Audran. Création à Paris, théâtre des Bouffes-Parisiens, le 11 novembre 1882. Avec :
Marie Grisier-Montbazon (Gillette), Mademoiselle Gélabert (Rosita),  Morlet (Roger), Charles Lamy (Olivier), Maugé (Griffardin), Riga (le roi René).
Editions Choudens

Discographie

Intégrale

Freda Betti, Claudine Collart, Michel Dens, Joseph Peyron. Direction musicale, Pierre Tellier
2 CD Musidisc 202002, (le coffret comprend également des pages de La Mascotte)

— Références

Vous retrouverez Gillette de Narbonne dans “Opérette” n° 41, 83, 135, 197 & 206. Si l’un de ces articles vous intéresse, vous pouvez le consulter en allant sur notre page “Anciens numéros”

Dernière modification: 27/02/2024

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.