Franck Cassard, ténor

Franck Cassard, ténor

Un physique de jeune premier, une facilité et des qualités étonnantes de chanteur et de comédien lui permettent d’aborder un répertoire extrêmement varié.

Franck Cassard, a commencé ses études musicales au Conservatoire du 17ème arrondissement de Paris (classe d’Henri Legay) qu’il achève au Conservatoire de Paris où il suit avec profit les cours d’Andréa Guiot (chant), de Michel Roux et Bernard Brocca (art lyrique) et de Nicole Broissin (opérette et comédie musicale).
Cette formation complète lui permet d’obtenir un premier grand prix à l’unanimité au concours d’opérette du Thor (1988), un premier prix d’opéra (1989), un premier prix au concours international Offenbach (1988) et bien d’autres récompenses.

Franck Cassard débute dans l’opéra dans le rôle de Siebel (Faust) et Peter Quint du Tour d’Ecrou de Britten. L’opérette lui offre la possibilité de se révéler : La Belle Hélène (Pâris), La Vie Parisienne (Gardefeu), Ba-Ta-Clan et La Grande Duchesse de Gérolstein à Lausanne. Puis suivront La Fille du Tambour Major à Metz, Le Pont des Soupirs à Paris dans une mise en scène de Michel Ribes, La Veuve Joyeuse, etc…

S’il se produit dans des domaines assez variés comme le baroque (Sérénade à Trois de Vivaldi) ou le contemporain (Marie de Montpellier de Koering), il est particulièrement à l’aise dans l’oratorio, notamment Mozart dont il a chanté plusieurs fois La Messe du Couronnement, Les Vêpres, La Grande Messe en Ut.

Au cours de la saison 1994/1995, il a interprété Werther et Otello de Rossini à Nice. Après voir assuré la doublure de Rockwell Blake, il devint le Rodrigo de l’Otello de Verdi sous la direction de Klaus Weise. Toujours à Nice, il a été engagé pour Les Puritains de Bellini, Elektra de Strauss et une opérette de Rota, Le Chapeau de Paille d’Italie, dans une mise en scène de Puzzi. Il se produisit également en tournée dans le spectacle de Michel Frenty et Philippe Rondet : Rue de la Gaîté Offenbach.

Durant la saison 1995/ 1996, après avoir chanté les Noces de Figaro à l’Opéra de Lyon, il devient soliste permanent à l’Opéra de Nice. En 1997, il débute au Théâtre Royal de la Monnaie dans Orphée aux Enfers, puis chante Basile dans la nouvelle version française des Noces de Figaro au Théâtre Impérial de Compiègne. En 1998 et 1999, Michel Plasson l’invite à Toulouse pour Phi-Phi, L’Amour Masqué puis Une Éducation Manquée. En 1999, il se produit à nouveau à la Monnaie puis au Grand Théâtre de Genève dans Le Chevalier à la Rose. En 2000, il a participé au Voyage à Reims à l’Opéra Royal de Wallonie et a interprété une nouvelle production du Toréador d’Adolphe Adam.

Première partie du texte : article de Bernard Larguèze paru dans “Opérette”.

Références

Vous retrouverez Franck Cassard dans ” Opérette ” n° 98, 108, 116 & 135. Si l’un de ces articles vous intéresse, vous pouvez le consulter en allant sur notre page “Anciens numéros”

Dernière modification : 25/02/2024

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.