Violettes impériales

Violettes impériales

Vincent Scotto (1874-1952)

 

Est-ce le succès de la chanson “La Violetera” interprétée par Raquel Meller qui incita Henry Roussell de tourner avec sa créatrice un mélodrame mettant en scène une petite marchande de violettes? En tout cas, le film (1924) fut un triomphe et le réalisateur réalisa une version parlante de Violettes Impériales en 1932 toujours avec Raquel Meller. Cette belle histoire d’amour inspire Henri Varna qui, avec la collaboration de Paul Achard et René Jeanne, découpe l’ouvrage en une opérette en 2 actes, musique de Vincent Scotto, qui devient bientôt l’un des plus grand succès du théâtre Mogador avec Marcel Merkès dans le rôle de Don Juan et Lina Walls dans celui de la petite marchande de violettes. C’est cet ouvrage qui consacra Marcel Merkès grande vedette de l’opérette.

À sa création, Violettes Impériales se joue à Mogador du 31 janvier 1948 au 5 février 1950 ; une première reprise est donnée du 28 juin 1952 au 15 février 1953, une seconde, qui marque la rentrée de Marcel Merkès à Paris après quatre ans d’absence, est jouée une année entière (du 3 février 1961 à la mi février 1962). Violettes Impériales aura donc été joué en tout près de 1 500 fois ! à Mogador. En province et à l’étranger, on citera plusieurs tournées importantes emmenées au succès par Marcel Merkès et Paulette Merval.

De la partition, quatre airs connurent un très grand succès : “Ce soir mon amour” et “Si tu voyais” chantés par Juan, “La Valse des violettes” et “Qui veut mon bouquet de violettes ?”, interprétés par Violetta.

Un film musical, qui reprend le même thème, attira les foules lors de sa création en 1952. mais la musique a été composée par Francis Lopez et l’interprétation confiée à Luis Mariano et Carmen Sévilla.

L’argument

À Séville en 1852, Don Juan d’Ascaniz et Violetta, la petite marchande de fleurs, sont tombés amoureux l’un de l’autre. Ignorant les préjugés de caste, ils envisagent sérieusement de se marier. Mais la marquise d’Ascaniz veille : son fils n’épousera pas une fille du peuple, il convolera avec une jeune fille de la noblesse, Eugénie de Montijo. Ne voulant pas contrarier sa mère qui profite d’une santé délicate pour tyranniser son entourage, Juan finit par céder.
Le jour de Pâques, venue vendre ses fleurs, Violetta aperçoit Eugénie au bras de son amoureux. Furieuse, elle se précipite vers sa rivale comme pour la frapper. Eugénie comprend la situation. Elle rompt sur le champ avec Juan et s’oppose à l’arrestation de Violetta. Reconnaissante, celle-ci examine les lignes de sa main et lui prédit qu’elle sera bientôt Impératrice.

Deux ans plus tard, Eugénie est effectivement devenue Impératrice des Français en épousant Napoléon III. Elle fait venir auprès d’elle la petite marchande de violettes qui a été promue fleuriste en chef du Palais !
Pendant tout ce temps, Juan a effectué un long voyage… Le voici enfin à Paris. Les deux jeunes gens se retrouvent et leur brouille n’est bientôt plus qu’un mauvais souvenir… Tout serait donc pour le mieux si Juan ne s’était pas imprudemment lancé dans une conjuration destinée à favoriser les mouvements libéraux espagnols. Apprenant que les conjurés ont décidé de faire éclater une bombe au passage du carrosse impérial, il se désolidarise de ses compagnons.
Il est retrouvé assommé par Violetta. Encore groggy, il demande à la jeune fille de prévenir Eugénie. Violetta fait mieux : à l’insu de la souveraine, elle prend sa place dans le carrosse. Violetta est blessée, mais elle guérira vite. En récompense, elle sera anoblie et épousera Juan…

La partition

Ouverture ; “Je n’ai pas un sou” (Rosette, Loquito) ; “Le châle” (Violetta) ; Anisette (choeurs) ; “Ce soir mon amour” (Juan) ; “Quand on a ce sang là” (Sérafina, Estampillo) ; “Mélancolie” (Violetta) ; “Guadalquivir” (Juan) ; “Il n’y a pas de Pyrénées” (Juan) ; “C’est un secret d’état” (Picadouros) ; “Si tu voyais” (Juan) ; “Violette” (Violetta) ; “Je serai ton…” (Rosette et Loquito) ; “Crois toujours à mon amour” (Juan) ; “Sérafina” (Picadouros, Sérafina) ; “Qui veut mon bouquet de violettes ?” (Violetta) ; Final (Juan et Violetta).
Un air “J’ose à peine” chanté par Juan lors de la création a été supprimé par la suite.(d’après disque 30cm Odéon XOC 151)

Fiche technique

Violettes Impériales
Opérette à grand spectacle en 2 actes et 17 tableaux d’après le film d’André Roussel. Paroles de Paul Achard, René Jeanne et Henri Varna. Musique de Vincent Scotto, orchestrée par Jacques Météhen.
Création à Paris, théâtre Mogador, le 31 janvier 1948. Avec
Marcel Merkès (Don Juan), Lina Walls (Violetta), Raymonde Allain (Eugénie), Marcelle Ragon (Sérafina), Annie Alexander (Rosette), Renée Thorel (Madame d’Ascaniz), Fernand Gilbert (Picadouros), Robert Allard (Estampillo), Pierjac (Loquito). Direction musicale, Paul Florendas. Production et mise en scène d’Henri Varna.
Editions Chappell

Discographie

Sélections

Paulette Merval, Annie Dumas, Marcel Merkès, Perchik. Orch. Jacques Météhen
CBS XOC 151 (version d’origine)

Paulette Merval, Suzanne Baugé, Marcel Merkès, Jacky Piervil. Orch. Jacques Météhen
CBS S 62559 (nouvel enregistrement 1965)

Nicole Broissin, Freda Betti, Rosine Bredy, André Dassary, Serge Clin, Jean Raymond. Orch. Marcel Cariven
Vega 13 003

Quatre airs chantés par la créatrice Lina Walls ont été gravés en 78T ainsi que les tous premiers enregistrements de Marcel Merkès
Editions Chappell

— Références Références 

Vous retrouverez Violettes Impériales dans “Opérette” n° 40, 78, 92, 99, 114, 164, 169, 171, 178, 181, 182, 184, 186, 189, 203 & 206. Si l’un de ces articles vous intéresse, vous pouvez le consulter en allant sur notre page “Anciens numéros”

Dernière modification: 14/03/2024

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.