Germaine Roger (1910-1975) soprano

Germaine Roger (1910-1975) soprano

Biographie

Victoria Calixte Bousquet, connue sous le nom de Germaine Roger,  est née à Marseille le 12 janvier 1910. Mais c’est à Paris qu’a débuté sa véritable carrière d’artiste lyrique qui devait, également, la mener hors de nos frontières. Reste que ce fut très tôt que notre capitale l’adopta. C’est au conservatoire de sa ville natale qu’elle fit de solides études musicales, tout d’abord comme élève des classes de piano,  qui firent d’elle une parfaite musicienne. Elle ne « monta » à Paris qu’après avoir remporté, toujours très jeune, un premier prix de chant et d’opéra-comique.
Par admiration pour Ginger Rogers, l’une des partenaires de Fred Astaire, elle adopta le pseudonyme de Roger (à noter, d’ailleurs, que la blonde Ginger Rogers ne s’appelait pas non plus Rogers !). Comme son homonyme… en pseudonyme, Germaine Roger dansait à ravir, presque toutes les danses : classiques, populaires, de salon ou de variété, claquettes comprises.

C’est avec ces atouts, outre l’attrait de sa beauté, de sa blondeur, de sa ravissante voix, de cet art du chant tout de musicalité maîtrisée, et l’éventail de ses multiples dons de comédienne, qu’elle auditionna aux Bouffes-Parisiens pour être la doublure de Meg Lemonnier. Remarquée par Albert Willemetz, elle devait, au lendemain de la « générale » prendre le rôle de la vedette de cinéma « tête d’affiche », brusquement souffrante. Elle assura cette consécration jusqu’ à la fin de la longue saison de représentations de Un soir de réveillon de Raoul Moretti. Elle était en brillante compagnie, aux côtés d’Henri Garat, au faîte de sa gloire, d’Arletty, de Dranem, de Koval… Pour la débutante douée, à laquelle le destin donnait sa chance, ce fut un incontestable succès, trouvant là un de ses premiers grands rôles.

image 14

Après ces débuts plus que prometteurs, elle dut à son professionnalisme sans faille de pouvoir se partager entre la scène, l’écran, le disque, la radio et le cinéma. Sur scène elle se fit également applaudir dans des revues où elle pouvait être avec un égal bonheur, ingénue, jeune première, coquette, princesse, soubrette ou travesti selon les conventions d’un double rôle dont la tradition était encore bien établie dans l’opérette.
Éprise de son art, elle se révélait également travailleuse acharnée, perfectionniste même, et ce, avec un grand charme naturel et une apparente facilité. Pendant la guerre 1939-45, elle interpréta Les Cent vierges de Charles Lecocq (version Albert Willemetz et André Mouézy-Eon) au Théâtre de l’Apollo, aujourd’hui disparu, suscitant maintes fois triomphe mais aussi pleurs de nostalgie et d’espoir parmi les spectateurs en chantant la célèbre valse « O Paris, gai séjour », au cœur d’une ville sombre, occupée et froide, où l’on ressentait quasiment en permanence, peur, faim, angoisse et où des êtres jusque-là heureux étaient séparés et disparaissaient…

Mais voilà qu’en 1945 sa destinée fut cette fois scellée par l’engagement que lui fit signer Henri Barbero, alias Henri Montjoye, nouveau directeur de la Gaîté-Lyrique, pour interpréter La Chaste Suzanne de Jean Gilbert.
Arrêtons-nous quelques secondes sur cet homme remarquable qui devint le mari de Germaine Roger. Henri Montjoye était le nom de résistant et de combattant qu’ Henri Barbero (de l’Opéra-Comique de Paris en 1939) avait adopté pendant la guerre et qu’il avait repris pour ses nouvelles fonctions. Jeune, beau, courageux, brillant organisateur, cet artiste lyrique de métier était au demeurant d’une discrétion absolue quant à ce qui lui avait valu la Légion d’honneur, la Croix de guerre, la Médaille de la Résistance et celle des Évadés. Chef du Premier Bataillon des Glières, il avait été, auparavant, lieutenant au troisième régiment des tirailleurs marocains.

image 13

Il entraîna Germaine Roger en sa fulgurante carrière. Directeur de théâtre somptueux, cultivé, très artiste, il était un parfait administrateur et organisateur à la tête de quelque trois cents personnes. Pour le directeur et la cantatrice ce furent « cinq années d’un bonheur parfait », selon le témoignage même de Germaine Roger… Des titres, des succès, des reprises, des créations, une saison d’opérettes et de comédies musicales à l’Opéra de Monte-Carlo, puis des représentations au Grand Théâtre de Genève et toujours. Il convient de faire une halte du souvenir au théâtre Marigny auquel Henri Montjoye « prêta » Germaine Roger pour la création de À l’aimable Sabine de Louis Beydts, avec Jacques Jansen, la «Merveilleuse » Gabrielle Ristori dans tous les sens du terme, Jean Parédès, Paul Ville.

Puis, en 1950 vint l’adversité. Henri Montjoye quitta tout son monde souriant, joyeux même, promettant un retour rapide à sa troupe. Il ne revint pas vivant d’une salle d’opération. Tout le théâtre fut frappé de stupeur autant que d’affliction.

Mais le spectacle devait continuer. Le conseil municipal de Paris et le préfet de la Seine firent confiance à Germaine Roger-Montjoye comme nouvelle directrice et à toute l’équipe de la Gaîté-Lyrique pour lui succéder. Reprises et créations se suivirent : Colorado (1950 et 1959), Le Pays du sourire (1951 et 1957), Les Mousquetaires au couvent (1952 et 1957), Trois Valses (1952 et 1959), Les Cloches de Corneville (1953 et 1958), Mam’zelle Nitouche (1954 et 1960), Chanson Gitane, Andalousie, Pampanilla (1954), Chevalier du ciel (1955), Minnie Moustache (1956), Romance au Portugal (nouvelle version de Symphonie portugaise (1958), Premier Rendez-vous (1959), La Chaste Suzanne (1960), Visa pour l’amour (1961)

image 12

Ouvrages donnés avec de belles distributions : Luis Mariano, André Dassary, Rudy Hirigoyen, Jean Bretonnière, Les Compagnons de la chanson, Armand Mestral, Maurice Baquet, Rellys, Duvaleix, Annie Cordy, Germaine Roger, Andrée Grandjean, Gise Mey, Ginette Baudin…

Puis cet exemplaire temple de l’opéra-comique et de l’opérette, trahi en outre et sans nul doute par une gestion mal assurée, déposa son bilan en 1963. Ce fut là, la fin d’une longue et exemplaire histoire dont on sait qu’il ne reste que la magnifique façade extérieure et le foyer, tous deux classés.

Avec la fermeture de la Gaîté-Lyrique s’achève la carrière de l’une de nos plus brillantes divettes d’opérette.
Germaine Roger est décédée le 20 avril 1975 à Savigny-sur-Orge.

D’après Michel Monnier

 

Opérettes créées avec Germaine Roger

Un soir de Réveillon, de R. Moretti (Bouffes-Parisiens, 1932), avec Henri Garat, Dranem, Arletty ; rôle de Monique en remplacement de Meg Lemonnier
Un Coup de veine, de M. Yvain (Porte St Martin, 1935), avec René Charles, Mistinguett, Fanély Revoil
L’Auberge du Chat Coiffé, de J. Szulc (Théâtre Pigalle, 1936) avec Henri Dorville, Marcel Vallée ;  rôle d’ Alix
Un p’tit bout de femme, de R. Mercier (Gaîté Lyrique, 1936), avec Robert Allard, Sim Viva ; rôle de  Monique
Ma Petite Amie de G. Van Parys , (Bouffes Parisiens, 1937), avec Henry Defreyn ; rôle de Nicole
La star et le champion (Nice, Jetée Promenade, 1941), avec Pauline Carton, Pascal Bastia
À l’aimable Sabine, de L. Beydts (Marigny, 1947), avec Jacques Jansen, Gabrielle Ristori ; rôle de Sybille
Symphonie Portugaise, de J. Padilla (1949), avec André Dassary, Rogers
Pampanilla, de J.H. Rys (1954), avec Jean Bretonnière, Maurice Baquet, rôle de Gisèle)

Carrière cinématographique

Hôtel des étudiants (1932), rôle secondaire
Coups de Roulis (1932) avec Roger Bourdin ; rôle de Betty
La Pouponnière (1932)
Hôtel des étudiants (1932) (avec Raymond Galle ; rôle d’une étudiante)
Une Faible Femme (1932) avec André Luguet et Meg Lemmonier
Bariole (1932) (avec Robert Burnier)
Tambour battant (1933) avec Georges Rigaud et Françoise Rozay ; rôle de la princesse Marie
Caprice de princesse (1933) avec Marie Bell et Albert Préjean ; rôle de Henriette
La caserne en folie (1934) avec Raymond Cordy et Paulette Dubost ; rôle de Suzy
Trois de la Marine (1934) avec Alibert, Armand Bernard ; rôle de Rosette
Drôle de Locataire (1934)
Alcide pépie (1934) court métrage
La Mascotte (1935) avec Lucien Baroux, Eric Roiné, Dranem ; rôle de Bettina
Debout, là dedans (1935) avec Bach, Félix Oudard ; rôle de Clara
La Petite sauvage (1935) avec Paulette Dubost, Robert Manuel
Train de Plaisir (1935) avec Duvallès, Marguerite Moreno ; rôle de Marguerite
Jacques et Jacotte (1936) avec Roger Tréville ; rôle d’ Annie
La Petite dame du wagon-lit (1936) avec Pauley, Roger Tréville
Les Croquignolle (1936) court métrage
J’arrose mes galons (1936) avec Bach, Marguerite Pierry
Un de la Canebière (1938) avec Alibert, Rellys ; rôle de Francine
Les Rois de la flotte (1938) avec Pierre Tichadel
Les Gangsters du Château d’If (1939) avec Alibert, Pierre Larquey ; rôle de Nine

image 11

 

Chansons et music-hall

Olympia, ABC, Bobino et l’Européen, revue de Rip au Théâtre des Variétés, tournées aux U.S.A, au Canada, au Brésil et en Europe

Références

Vous retrouverez Germaine Roger dans “Opérette” n° 13 & 128. Si l’un de ces articles vous intéresse, vous pouvez le consulter en allant sur notre page “Anciens numéros”

Dernière modification : 28/03/2024

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.