Quatre jours à Paris, Saint-Amand-Montrond
samedi 17 février 2024

Quatre jours à Paris, Saint-Amand-Montrond

Au centre, Samuel Deschaumes (© Elsa)

En ce mois de février 2024, les artistes de l’Espoir Lyrique Saint-Amandois ont choisi de nous emmener passer « 4 jour à Paris ». Cette opérette incontournable de Francis Lopez a conquis le public présent, laissant une magnifique impression de dynamisme et de cohésion. Cette année,Ghislaine et Samuel Deschaumes ont repris la direction artistique de la troupe. C’est par une extraordinaire énergie insufflée aux artistes qu’ils rendent le plus bel hommage à Chantal Verger, leur ancienne metteuse en scène.

La salle de spectacle de la Pyramide des Métiers de Saint-Amand-Montrond, avec son équipe technique dirigé par Vincent Lemoine, offre toujours un écrin parfait pour la troupe et permet la mise en valeur des décors originaux créés sous la direction de Philippe Jasmin. Des éclairages éclatants et colorés, ou parfois plus cosy, s’adaptent avec justesse à la mise en scène. Le choix de cette opérette, permet d’apprécier toute l’étendue du talent des comédiens qui composent habituellement la troupe. L’ensemble est porté par un orchestre impliqué, dirigé avec passion par Céline Bibard.

Si la réussite est de nouveau au rendez-vous, c’est certainement grâce au sens du collectif impulsé par l’équipe dirigeante et une implication permanente de chacun, à chaque étape du processus de la création artistique. On retrouve donc une mise en scène extrêmement dynamique, qui sait aussi alterner avec des instants plus posés, afin de mettre en valeur un passage chanté plus intimiste. Comme toujours avec cette jolie troupe, les chœurs dirigés par Ghislaine Deschaumes et les ballets par Hélène Verger contribuent, par leurs qualités visuelles et musicales, à la pleine réussite du spectacle.

FINAL 2
La Samba Brésilienne (© Elsa)

Pour la distribution féminine, nous retrouvons avec plaisir les trois talentueuses artistes de la troupe : Déborah Rolin, pour l’interprétation tout en finesse de Gabrielle, la jeune amoureuse de Ferdinand, Ghislaine Deschaumes, qui endosse le rôle d’Amparita, chaude latine dont les tenues excentriques et sexy ont ravi le public, et Hélène Verger qui interprète avec un air boudeur, dont elle seule a le secret, Simone, la petite amie éconduite par Ferdinand. Le ton égrillard de ce vaudeville est parfaitement restitué par les trois artistes, admirablement secondées par une jeune interprète, Laure Deschaumes, qui donne au personnage de Zénaïde une densité comique qui a enthousiasmé un public totalement charmé.

Les interprètes masculins : Samuel Deschaumes impose encore une fois sa puissance scénique dans le rôle physique de Ferdinand qui cherche à échapper à son « harem » pour rejoindre sa bien aimée Gabrielle. Son ami gaffeur Nicolas est joué par Gaëtan Le Nouene, totalement investi dans un jeu scénique remarquable à l’image de son imitation physique et vocale du chant du coq vainqueur qui résonne encore dans nos oreilles. Le rôle de Hyacinthe, gay patron de l’institut de beauté, est endossé avec prestance par Ander Gabay qui, souvent, se rapproche de la prestation de l’incontournable Michel Serrault dans La Cage aux Folles, offrant ainsi des instants désopilants à un public conquis. Soulignons également son talent de danseur de claquettes débutant mais très prometteur.
Dans Bolivar, on retrouve avec bonheur Cyril Fargues, venu de la Gironde renforcer la troupe ; par son jeu scénique facétieux et sa présence vocale, il impressionne à chacune de ses (trop) rares apparitions. Quant à Patrick Carre, il campe Montaron, le père de Gabrielle, et patron de Zénaïde, avec sa verve et son aplomb habituel.
Le ballet d’Elsa, nous a offert de jolis moments de danse, aidés par des chœurs dynamiques, dans une Samba Brésilienne qui ne s’arrête jamais.

C’est donc un public ravi à l’extrême qui a acclamé avec enthousiaste les quatre représentations de cette belle opérette dont les ritournelles hantent encore nos nuits.
Après ces deux années de transition qui coïncidèrent avec une réorganisation enthousiaste et volontaire animée par son président, la troupe d’ ELSA est prête à relever le défi passionnant de vous offrir encore et pour longtemps de beaux instants de plaisir partagé.

Bernadette Tripogney
17 février 2024

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.