Les Saltimbanques

Les Saltimbanques

Louis Ganne (1862-1923)

 

La Belle Époque… ce n’était guère la belle époque pour l’opérette française qui traversait une crise profonde : tous les compositeurs qui avaient contribué depuis cinquante ans à sa gloire étaient morts ou sur le déclin. Les créations se caractérisaient trop souvent par la niaiserie des livrets et la platitude des partitions. Et, si l’on excepte Messager (il ne s’adressait pas alors à un public populaire), seuls trois ou quatre musiciens pouvaient prétendre à la succession des Varney, Audran et autre Planquette et résister, autant que faire se peut à l’opérette viennoise qui allait bientôt envahir les scènes françaises. Tel était le cas de Louis Ganne qui, à la fin du siècle, avait déjà acquis une grande notoriété.

Il existe un petit mystère – sans grande importance d’ailleurs – sur la date de création des Saltimbanques à Paris. Tous les historiens sont d’accord : l’ouvrage a été donné pour la première fois à la Gaîté-Lyrique le 30 décembre 1899. Or, pour Pierre-Louis Ganne (son fils), Les Saltimbanques avaient déjà été présentés à la Gaîté en 1897 sans aucun succès. Ce serait un impresario de province qui, ayant eu l’idée d’introduire au 2ème acte un numéro de cirque, aurait assuré l’avenir de la pièce lui permettant ainsi un brillant retour à la Gaîté… le 30 décembre 1899. Nos recherches pour confirmer ou infirmer le “scoop” de M. Ganne ayant été vaines (ni Noël et Stoullig ni Soubies n’en parlent), nous nous en tiendrons à la date habituellement admise.

Comment la presse de l’époque (Henri de Curzon, dans “Le Théâtre”) a-t-elle apprécié la partition de Louis Ganne et les interprètes ? :

“…Mais c’est encore la musique qu’il faut préférer. Elle tient un bien un peu, à dire vrai, du méli-mélo de la pièce, cette nouvelle partition de M. Ganne. Elle n’est pas toujours très personnelle et cette facilité n’est pas bien neuve. Elle va trop aisément d’un style à l’autre et descend trop vite après être heureusement montée. Mais elle a un vrai mérite, c’est sa verve incontestable, entraînante, surtout dans les motifs dansants où M. Ganne est maître. Ainsi la valse finale du premier acte était fredonnée par la salle entière dès le second couplet… Les motifs du ballet sont également fort réussis, et les ensembles brillants et vigoureusement orchestrés atteignent sans peine l’effet cherché. On me permettra cependant de préférer l’adresse et le goût avec lesquels le musicien a rendu les pages purement sentimentales, mélodies ou triolets de Suzon (qu’on croirait presque tirées d’un cahier de Massenet ou de Delibes), duo avec le bel officier (du vrai et fin opéra-comique), pour le coup), trio entre Suzon et ses deux camarades, etc. N’oublions pas une note comique assez originale : certain choral indifféremment chanté à deux, trois et quatre temps par la petite troupe ordinaire de M. le comte des Etiquettes (…)

… L’ensemble de l’interprétation est bon, sans excès (…). La voix manque généralement, mais on se sauve par l’entrain et la conviction. Paillasse est l’excellent Paul Fugère, et c’est tout dire : son jeu irrésistible est toujours spirituel et il chante trop habilement pour ne pas donner l’illusion. M. Perrin prête au jeune officier son élégance alerte et sa voix d’une agréable demi-teinte. M. Lucien Noël a moins à chanter, cette fois, qu’à paraître un bon et brave homme d’hercule, dans Pingouin : grâce à son physique avantageux il y parvient sans peine, même en maillot chair. M. Vauthier est parfait dans le truculent et tonitruant Malicorne. La gentille Suzon a trouvé une interprète de choix dans Mademoiselle Jeanne Saulier, tout à fait charmante de tenue, avec une petite voix qui dit juste. Mademoiselle Lyse Berty a été très remarquée, avec raison, dans la belle Marion, brune et accorte fille, au jeu gai, à la voix facile (…). C’est M. Ganne qui dirigeait sa partition, j’allais oublier de le dire : mais il n’est pas besoin d’insister sur la valeur qu’en prenait l’exécution”.

— L’argument

Acte I

Suzanne, dite Suzon a été recueillie tout enfant par Malicorne, directeur de cirque ambulant. Elle a 17 ans lorsque débute l’histoire et fait partie de la troupe du cirque Malicorne au même titre que Paillasse, le clown, Grand-Pingouin, l’hercule et Marion, la lutteuse, ancienne femme de chambre devenue saltimbanque pour l’amour de son amant Grand-Pingouin. Jolie comme un cœur, Suzon est courtisée par Paillasse, et même par l’Hercule qui se détache pour un temps de Marion. La jeune fille éprouve beaucoup d’amitié pour ses compagnons mais son jeune cœur n’a encore battu pour personne et elle temporise.

Deux officiers tentent d’embrasser Suzon. Un troisième s’interpose et fait des excuses au nom de ses camarades. Il se nomme André de Langeac, il est lieutenant, il est séduisant et sympathique. Il n’en faut pas plus pour que Suzanne qui reçoit habituellement plus de coups et d’outrages que de marques de déférence, tombe amoureuse. André, de son côté, est attiré par la petite saltimbanque.
La parade bat son plein. Malicorne lève sa cravache sur Suzon qui repousse les avances d’un barbon. Grand-Pingouin et Paillasse s’interposent, corrigent Malicorne et prennent la fuite, en compagnie de Suzon et de Marion.

Acte II

Trois mois plus tard, les fugitifs arrivent à Bécanville (Normandie) où nous faisons la connaissance du Comte des Etiquettes et de Madame Bernardin qui passe, à tort ou à raison, pour avoir été ou être sa maîtresse. Le hasard aidant, tous nos personnages vont se retrouver à Bécanville : André, qui vient saluer le comte des Etiquettes, un ami de sa famille, et Malicorne à la recherche des fuyards qui sont partis sans payer leur dédit. André et Suzanne se déclarent leur amour. Le comte se prend d’amitié pour la petite saltimbanque, paye le dédit et recueille les fugitifs.

Acte III

Le dénouement approche. Malicorne reconnaît en Mme Bernardin la personne qui lui confia jadis sa fille et le comte comprend que Suzon est son enfant. André épousera donc Suzanne tandis que Paillasse, le cœur meurtri, s’en ira tristement sur la route qui va… et qui n’en finit pas.

La partition

Acte I :
Premier tableau : Les roulottes
Ouverture ; Chœur “Auprès de la marmite” -Mélodie “Pourquoi vous occuper de moi” (Suzanne) – Chanson du Saltimbanque “Il faut pour être saltimbanque” (Grand-Pingouin) – Trio “Que me dites-vous là, vraiment” et triolets “C’est la première fois” (Suzanne, Paillasse, Grand-Pingouin) – Couplets “Fais pas l’ flambard” (Marion) – Duetto “Mademoiselle, je vous prie” (André-Suzanne)
Deuxième tableau : La parade
Chœur “Que l’on accoure” – Villanelle “La bergère Colinette” (Suzanne) – Final “Des excuses” et Valse “C’est l’amour” (tous)

Acte II :
Les Gigoletti
Chœur “C’est jour de fête” – Petits choeurs “Pour ma Dulcinée” – Quartetto “Bohèmes coureurs d’aventures” (Suzanne, Marion, Paillasse, Grand-Pingouin) – Couplets “Souvent on me fait les doux yeux” (Marion) – Lamento bouffe “D’mandez-moi d’n’avoir plus d’esprit” (Paillasse) – Chanson de route “Dans ce coin de village” (soldats) et chanson militaire “Va gentil soldat” (André, chœurs) – Duo “Tendre fleur du riant printemps” (Suzanne, André) – Quatuor bouffe “C’est nous les Gigoletti” (Marion, Suzanne, Paillasse, Grand-Pingouin) – Défilé (Le Cirque),  Cortège (Ménétriers, Espagne : Gitanes, Hongrie : Zingaras, Ecosse : Gipsys, Orient : Tchingénès) et Ballet (Les Gipsys, Les Gitanes, Les Zingaras, LesTchingénès – Final II “Voleurs, Vous en avez menti” (tous)

Acte III :
Le château des Etiquettes
Chœur des invités “Bonjour, Monsieur le Comte” – Chanson des fleurs “Dans les champs tout couverts de blé” (Suzanne) – Couplets “La nature a pour ses élus” (Paillasse) – Air “Renonce à ton rêve orgueilleux” (Marion) – Ensemble “C’est l’heure de la comédie” –  Couplet final “Comme le soldat” (tous).

Fiche technique

Les Saltimbanques
Opéra-comique en 3 actes et 4 tableaux de Maurice Ordonneau; musique de Louis Ganne. Création à Paris, théâtre de la Gaîté le 30 décembre 1899 avec
Jeanne Saulier (Suzanne), Lise Berty (Marion), Mlle de Mérengo (Mme Malicorne), Jane Evans (mme Bernardin). Paul Fugère (Paillasse), Emile Perrin (André), Lucien Noël (Grand-Pingouin), Vauthier (Malicorne), Bernard (le comte des Etiquettes), Dascheux (M. Bernardin).
Editions Choudens

Discographie

Intégrales

Mady Mesplé, Eliane Lublin, Claude Calès, Raymond Amade, Dominique Tirmont, Jean-Christophe Benoît. Orch. Jean-Pierre Marty
EMI C 161 12142/3 (2 disques)

Janine Micheau, Geneviève Moizan, Robert Massard, Raymond Amade, Michel Roux, Marcel Carpentier. Orch. Pierre Dervaux.
Decca 115071/72 (2 disques) – réédité en 1CD en 2000 (Universal/ Accord) n° 465 868.2

Sélections

Liliane Berton, Freda Betti, Guy Godin, Claude Devos, Lucien Lovano. Orch. Jules Gressier
EMI C 057 10842 (1 V)

Janine Micheau, Geneviève Moizan, Robert Massard, Raymond Amade. Orch. Pierre Dervaux
Musidisc 201512 (2 CD) (+ Hans, le joueur de flûte)

Hélène Regelly, Jane Morlet, Henri Laverne, Robert Jysor, Jean Hirigaray. Orch. P. Minssart
Odéon XOC 184 (1 V)

Mady Mesplé, Eliane Lublin, Claude Calès, Raymond Amade. Orch. Jean-Pierre Marty
EMI C 263 16390 (1 V)

Mady Mesplé, Eliane Lublin, Claude Calès, Raymond Amade, Dominique Tirmont, Jean-Christophe Benoît. Orch. Jean-Pierre Marty
Sélection du Reader’s Digest CD 3159.5 (extraits intégrale EMI) (3 CD) (+  Ciboulette [Hahn] + Véronique [Messager] )

Références

Vous retrouverez Les Saltimbanques dans “Opérette” n° 42, 72, 99, 110, 111, 134, 135, 171 & 176. Si l’un de ces articles vous intéresse, vous pouvez le consulter en allant sur notre page “Anciens numéros”

Dernière modification: 08/03/2024

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.