Le Pays du sourire

Le Pays du sourire

Franz Lehár  (1870-1948)

 

Au début des années vingt, Lehár renoue avec son ami Puccini qui est en train de composer Turandot, l’opéra que la mort l’empêchera de terminer. Est-ce cet ouvrage qui incite Lehár à chercher une nouvelle source d’inspiration dans l’exotisme extrême-oriental ? On peut le penser. Quoi qu’il en soit, il compose une Tunique Jaune qui est créée au théâtre An der Wien le 9 février 1923. Pourtant bien accueilli par le public, l’ouvrage n’atteint pas la centième représentation et tombe provisoirement dans l’oubli.

Un Lehár deuxième manière s’impose alors. Il était déjà apparu avec Le Chant de l’alouette qui préfigurait une série d’ouvrages où le “happy end” final n’était plus de mise. Le héros sacrifie l’amour à son art, à son devoir… Avec Paganini (1925), le premier ouvrage du compositeur chanté par le ténor Richard Tauber, qui deviendra son interprète de prédilection, la formule s’impose. Suivront Le Tzarevitch (1927) et Frédérique (1928).

C’est au cours des représentations de Frédérique que se déclare le rhumatisme qui laisse Tauber pratiquement paralysé. Son état s’améliore peu à peu, mais sa démarche reste difficile. Il lui faut un rôle qui convienne à son infirmité. Lehár se souvient de La Tunique jaune qui mettait en scène des dignitaires chinois à la démarche lente et majestueuse. Le livret et la partition sont remaniés. La première, donnée à Berlin le 10 octobre 1929 est triomphale. Près de vingt-cinq ans après La Veuve Joyeuse, Lehár tient un nouveau succès mondial.
La version française est créée au théâtre Royal de Gand le 1er avril 1932 avec le ténor Louis Izar et à Paris, théâtre de la Gaîté-Lyrique, le 15 novembre de la même année, avec Willy Thunis dans Sou-Chong. Le succès fut également triomphal. Et pourtant Florian Bruyas (1) n’est pas tendre avec les deux principaux interprètes :
“Le ténor hollandais Willy Thunis qui chantait le rôle de Sou-Chong se livrait aux pires outrances dans l’expression, manquant de distinction, on aurait dit un ténor de province chantant devant un public inculte. Il “poussait” la note sans retenue ou, au contraire, passait à un “mezzo-voce” melliflu sans grâce et sans charme. Mademoiselle Georgette Simon, qui lui donnait la réplique, semblait chanter le grand opéra et n’avait rien, mais rien d’une chanteuse viennoise et c’est bien dommage ! Seule, Mademoiselle Coecilia Navarre, possédait le véritable style de l’opérette, faisant une “Mi” tout à fait dans la note, tandis que le gentil et insignifiant Paul Darnois chantait avec elle le duo “comique” “Mon amour et ton amour” où la danse succédait au chant, dans la meilleure tradition viennoise ou anglo-saxonne”.

Pour justifier le succès de l’ouvrage, Florian Bruyas avance trois raisons : la crise économique sévissait et le public, s’il voulait toujours se distraire, avait moins envie de rire. Et comme chacun sait, dans Le Pays du sourire, le titre est prometteur, mais l’on ne rit guère ; au théâtre, le chant avait abandonné ses terres de prédilections ; enfin, la musique de Lehár, très chantante et très compréhensible, était remarquablement harmonisée.
Quel crédit peut-on accorder à Florian Bruyas, qui a vraisemblablement assisté à une représentation du Pays à la création, pour sa sévérité envers la distribution ? 

Quoi qu’il en soit l’ouvrage fit un triomphe à la Gaîté-Lyrique et sur les scènes de provinces où le rôle de Sou-Chong fut souvent repris par le ténor José Janson qui, lui, réunissait tous les suffrages.

Le Pays du Sourire est l’un des rares ouvrages qui se soit maintenu et bien maintenu au répertoire des scènes françaises. Il est régulièrement monté et à chaque fois le public accourt toujours aussi nombreux. Et cela, malgré un livret laborieux voire ennuyeux par instants et qui n’est pas à la hauteur de la partition.

Jean-Claude Fournier

(1) Histoire de l’opérette en France (Emmanuel Vitte, 1974)

— L’argument

Acte I

Un salon dans le palais du comte de Lichtenfels
Le comte de Lichtenfels donne ce soir-là une fête en l’honneur de sa fille Lisa, qui vient de remporter une coupe de tennis. Des invités de marque assistent à cette réception. Parmi eux, le lieutenant Gustave de Pottenstein, le cousin et l’ami d’enfance de Lisa. Gustave est amoureux de la jeune fille et profite d’un instant de solitude pour se déclarer. Lisa l’éconduit gentiment. L’officier est déçu et soupçonne sa cousine d’être tombée sous le charme oriental du Prince Sou-Chong, l’ambassadeur de Chine. Il la met en garde contre les dangers d’une union avec un homme d’une autre race que la sienne, et qui l’entraînerait dans cette Chine mystérieuse et inquiétante. Lisa rit des conseils de son cousin.
Le Prince Sou-Chong arrive. Lisa et lui sont amoureux l’un de l’autre, c’est une évidence. Aussi, quand le Prince lui fait ses adieux pour rejoindre son pays, où le poste de Premier Ministre l’attend, la jeune fille ne résiste pas. Elle se déclare prête à l’épouser et à le suivre en Asie.

Acte II

Le Palais du Prince Sou-Chong à Pékin
C’est jour de fête. Le Prince Sou-Chong revêt solennellement la robe jaune, emblème de ses hautes fonctions. Sou-Chong est aux petits soins pour Lisa, à laquelle il a donné le charmant surnom de “Fleur de lotus”. La jeune femme a bien vite sympathisé avec Mi, la sœur cadette de son époux. Ce bonheur est menacé par Tchang, l’oncle de Sou-Chong, qui a mal accepté cette mésalliance. Gardien de coutumes millénaires, il veut obliger son neveu à épouser les quatre princesses chinoises qui lui sont depuis toujours destinées.

Sou-Chong résiste d’abord, mais finit par s’incliner devant la tradition, à condition que cette quadruple union reste une formalité. Gustave arrive à Pékin en mission officielle. Le jeune homme, qui est guéri de son amour pour Lisa, fait la cour à Mi. C’est lui qui apprendra à sa cousine les projets de la famille de son époux. Lisa demande des explications à Sou-Chong. Celui-ci tente de la convaincre qu’il s’agit seulement d’une formalité imposée par le protocole. Mais Lisa ne l’entend pas de cette oreille et décide de rejoindre son pays. Furieux, le Prince lui interdit de quitter le Palais.

Acte III

L’appartement des femmes
Gustave et Mi sont de plus en plus attirés l’un vers l’autre. Lisa demande à son cousin de l’aider à quitter la Chine. Une première tentative échoue. Mi, la mort dans l’âme dévoile à ses amis l’existence d’un passage secret. Au moment de s’évader, ils sont surpris par Sou-Chong. Malgré et peut-être à cause de son amour pour Lisa, le Prince lui rend la liberté. Et  tandis que les deux Français disparaissent pour rejoindre leur patrie, Sou-Chong prend sa petite sœur dans ses bras et la console. Il lui rappelle, malgré son propre chagrin, qu’il faut “toujours sourire”.

— La partition

Acte I : Ouverture ; Introduction et entrée “Excellence, je bois à la santé de ta fille Lisa” (un général, Lichtenfels, la duchesse, Gustave) ; Chœur et Lisa “Merci pour ce charmant accueil” ; “Comtesse, je viens à vous” (Gustave, Lisa), “On reste bons amis” (Lisa, Gustave) ; “Toujours sourire” (Sou-Chong) ; “Prendre le thé à deux (Sou-Chong, Lisa) : “Dans l’ombre blanche des pommiers en fleur” (Sou-Chong) ; Final I

Acte II : Prélude et cérémonie de la jaquette jaune ; “Qui dans nos cœurs a fait fleurir l’amour” (Lisa, Sou-Chong) ; “Au salon d’une pagode” (Mi) ; “Mon amour et ton amour ” (Mi, Gustave) ; “Je t’ai donné mon cœur” (Sou-Chong) “Je veux revoir mon beau pays” (Lisa) ; Final II

Acte III : Prélude ; Tsic, tsic, tsic (Mi, Gustave) ; Final III

— Fiche technique

Le Pays du Sourire (Das Land des Lächelns)
Opérette romantique en 3 actes ; livret de Ludwig Herzer et Fritz Lohner-Beda, d’après Victor Léon. Adaptation française d’André Mauprey et Jean Marietti. Musique de Franz Lehár.
Création mondiale, Berlin, Metropol Theater, le 10 octobre 1929.  
Le Pays du Sourire  est la version remaniée de “La Tunique jaune“, créée à Vienne (Théâtre An der Wien), le 9 février 1923.
Création en français au théâtre Royal de Gand, le 1er avril 1932 ; création en France à Paris, théâtre de la Gaîté-Lyrique, le 10 ou le 15 novembre 1932.
Distribution à la création en français (Gand) :
Louis Izar (Sou-Chong), Gotis de Ville (Gustave), Germaine Roumans (Lisa)

Distribution à la création en France (Gaîté-Lyrique)
Willy Thunis (Sou-Chong), Paul Darnois (Gustave), Duvaleix (le comte de Lichtenfels), Descombes (Tchang), Georgette Simon (Lisa), Coecilia Navarre (Mi), Orchestre, direction, Albert E. Jacobs
Editions Max Eschig

Discographie

Intégrales

Christiane Stutzmann, Monique Stiot, Alain Vanzo, Jean-Christophe Benoît ; direction musicale, Adolphe Sibert
2 CD Sony

Bernadette Antoine, Sylvia Paule, Michel Dens, Bernard Sinclair ; direction musicale Yvon Leenart
EMI C 161 12077/8 (album 2 disques 30cm) – 2 CD Emi 574097.2

Christiane Jacquin, Huguette Boulangeot, Blanche Delimoges, Charles Richard, Pierre Saugey, René Lenoty, Duvaleix. Orch Radio Lille : Marcel Cariven
RTF 1956

Sélections

Liliane Berton, Claudine Collart, Michel Dens, Claude Devos. Orch. Marcel Cariven
EPM/Emi (2CD) (+ Paganini + La Veuve Joyeuse) & EMI C 057 12 090 (1 V)

Anna-Maria Miranda, Brigitte Krafft, Bernard Sinclair, Philippe Fargues. Orch. Jean Doussard
Forlane (1CD) & Mondiolyric 8 1881 (1 V)

Jacqueline Silvy, Magda Bocher, Gustave Botiaux, André Mallabrera. Orch. G.Amati
Vogue LDM 30162 (1 V)

Renée Doria, Lucie Dolène, Tony Poncet, Henri Gui. Orch. Jésus Etcheverry
Philips (1CD) & Philips 674 71 85 (1 V)

Lina Dachary, Olga Miléa, Aimé Doniat, Pierre Mollet. Orch. B.Mersson
GID SMB 2349 (1 V)

Janine Ribot, Christiane Harbell, Rudy Hirigoyen, Pierre Germain. Orch. Jacques Météhen
CBS 88 184  (2 V)(2ème disque : Naples au Baiser de Feu)

Nicole Broissin, Rosine Brédy, André Dassary, Serge Clin. Orch. H. Killer
Vega 16 197 (1 V)

Monique de Pondeau, Jacqueline Guy, Hito Hayashy, Pierre Gueirard. Orch. Paul Bonneau
Carrère 67 102 (1 V)

Monique de Pondeau, Jacqueline Guy, Aldo Filistad, Pierre Gueirard. Orch. Paul Bonneau
Carrère 67 101 (1 V)

Christiane Stutzmann, Alain Vanzo, Lina Dachary. Orch. Adolphe Sibert
Studio SM (1CD) (+ Le Comte de Luxembourg)

Denise Duval, Denise Dupleix, Alain Vanzo, Jean Pomarez Orch. Raymond Chevreux
Polydor 266 43 28 (1 V)

Colette Riedinger, Mireille Lacoste, José Luccioni, Bernard Alvi. Orch. Robert Benedetti
Vega 16 339 (1 V)

Alain Vanzo, Christiane Stutzmann, Monique Stiot, Jean Christophe Benoît. Orch. Adolphe Sibert
Sélection du Reader’s Digest CD 3159.3 (3 CD) (+  La Veuve Joyeuse + extraits divers ouvrages Lehar)

Références

Vous retrouverez Le Pays du Sourire dans “Opérette” n° 29, 62, 114, 118, 170, 173, 178, 182, 182, 186, 187, 189, 193, 199 & 201. Si l’un de ces articles vous intéresse, vous pouvez le consulter en allant sur notre page “Anciens numéros”

Dernière modification: 29/02/2024

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.