La Belle de Cadix

La Belle de Cadix

Francis Lopez (1916-1995)

 

Comme en 1918, l’opérette cherche un nouveau souffle à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. C’est Phi-Phi, qui donne le coup d’envoi de l’opérette nouvelle au seuil des années folles ; près de quarante ans plus tard La Belle de Cadix marque le début de l’âge d’or de l’opérette à grand spectacle d’après 1945. En réalité, l’histoire de cette “Belle” commence en 1938…
Raymond Vincy, collaborateur d’Alibert pour ses opérettes et ses revues marseillaises, écrit alors le livret d’un ouvrage dont l’histoire se passe du côté de Marseille. Les vedettes prévues sont la chanteuse Rina Ketty et le comique marseillais Gorlett.
Titre envisagé : Mariage à l’essai.
Le conflit mondial ne permettant pas au projet de se concrétiser, celui-ci est enfoui au fond de quelque tiroir…
Enfin les hostilités prennent fin… Dans tous les domaines artistiques de nouvelles têtes d’affiche apparaissent. Francis Lopez commence à être connu. Son “Robin des Bois”, vaillamment interprété par Georges Guétary, est sur toutes les lèvres. Luis Mariano se fait remarquer à la radio et au music-hall… Dans son livre de souvenirs, Francis Lopez raconte que le directeur du Casino Montparnasse lui demande un spectacle à peine deux mois avant les fêtes de fin d’année 1945. Il faut faire vite. Marc Cab pense à Raymond Vincy qui ressort son Mariage à l’essai. Pourquoi pas? Mais Marc Cab préfèrerait que l’action se déroule en Hongrie. Alors, La Belle de Budapest ? Francis Lopez penche plutôt pour l’Espagne. Mariage Gitan ? L’accord se fait sur l’Espagne. Lopez propose Luis Mariano comme tête d’affiche et que vogue la galère ! Le titre définitif est choisi : ce sera La Belle de Cadix..

L’ouvrage est monté à l’économie, mais avec enthousiasme par une troupe de jeunes. Le 22 décembre 1945, les trois coups sont frappés… On ne pensait guère dépasser les 50 représentations : l’ouvrage est joué près de deux ans et est repris en 1949 dans une version à grand spectacle par Maurice Lehmann au théâtre de l’Empire. La Belle de Cadix sera encore programmée à Paris en 1958 (Gaîté-Lyrique), en 1977 (Mogador), en 1979 et en 1991 (Renaissance).

Dire que le livret renouvelle le genre serait un peu excessif. Mais l’ouvrage est bien équilibré et le compositeur a su mêler dans sa partition, le sentiment, l’exotisme et le dynamisme qui ne pouvaient que plaire à un public venu chercher un dépaysement qu’il n’était pas encore en mesure de s’offrir “pour de vrai”. La plupart des airs de La Belle ont été des succès : “La Belle de Cadix”, “La Fiesta Bohémienne”, “Maria-Luisa”, “Le clocher du village”, “Rendez-vous sous la Lune”…
La Belle de Cadix deviendra un film musical interprété par Luis Mariano et Carmen Sévilla (1953).

Cadix film

Aujourd’hui, La Belle de Cadix est peut-être encore l’opérette de Francis Lopez la plus souvent à l’affiche des scènes françaises.

L’argument

Carlos Medina, grande vedette de cinéma, quitte la Côte d’Azur pour aller tourner un film au sud de l’Espagne au milieu des dernières tribus gitanes qui gardent encore leurs traditions, leurs chants et leurs danses. Maria-Luisa, la plus belle des gitanes, est jalouse. Son fiancé Ramirez s’est fait engager comme guitariste dans la troupe. Jalouse et peut-être déjà attirée par Carlos, elle accepte de tenir le rôle de la Belle de Cadix dans le film en préparation. Une des scènes les plus importantes du film est la cérémonie du mariage. Le figurant choisi étant un véritable roi gitan, Carlos et Maria-Luisa se retrouvent réellement mariés.
Les deux jeunes gens s’accusent mutuellement d’être responsable de la situation. Ils se disputent allègrement tout en jouant la comédie du grand amour devant leurs admirateurs attendris… Ils passeront la nuit ensemble… mais chacun dans une pièce séparée.
Le lendemain, les prises de vues continuent. La jalousie de Ramirez et de Miss Hampton, fiancée de Carlos, contribue à semer la confusion la plus complète. On apprend alors que le roi gitan n’était qu’un imposteur. Le mariage est donc nul…

Carlos part pour Cannes, Maria-Luisa reste à Cadix. Miss Hampton a compris que Carlos et Maria-Luisa s’aimaient d’amour tendre ; elle joue les bons offices et cette belle histoire peut se terminer par le happy end attendu du spectateur depuis 3 heures.

La partition

Ouverture (orchestre), “Chanter pour vous” (Carlos), “Les sentiers de la montagne (Maria-Luisa), “Pour toi, Pepita” (Peppa, Manillon), “Le clocher du village” (Carlos), “Rendez-vous sous la lune” (Carlos et Maria-Luisa), “La fiesta bohémienne” (Carlos), “La belle de Cadix” (Carlos), La valse du mariage (Maria-Luisa), “Désir” (Carlos), “Ma gitane, dis-moi Gi” (Manillon,Peppa), “Maria-Luisa” (Carlos), “Le coeur des femmes” (Ramirez), “Une nuit à Grenade” (Carlos), Final (Carlos, Maria Luisa)

Fiche technique

La Belle de Cadix
Opérette en 2 actes et 10 tableaux. Musique de Francis Lopez, livret de Marc Cab et Raymond Vincy ; lyrics de Maurice Vandair; orchestration de Jacques-Henri Rys ; mise en scène de Maurice Poggi ; affiche, décors et costumes dessinés par Luis Mariano réalisés par Pelegry, Landrin et Couallier ; danses réglées par Miss Baron

Création à Paris, au Casino Montparnasse le 22 décembre 1945 avec :
France Aubert (Maria-Luisa), Simone Chobillon (Miss Hampton), Jacky Flint (Pépa), Luis Mariano (Carlos), Roger Lacoste (Manillon), Fabrezy (Ramirez), Henri Niel (Dany Clair); orchestre, direction Jacques-Henri Rys.
Reprise à au théâtre de l’Empire dans une version nouvelle à grand spectacle (2 actes et 15 tableaux) le 17 décembre 1949 avec :
Lina Dachary (Maria-Luisa), Edith Georges (Pépa), Daisy Daix (Coecilia), Luis Mariano (Carlos), Hennery (Dany Clair), Lucien Lelong (Ramirès), Lucien Frébert (Manillon); direction musicale, Manuel Infante.
Editions Salabert

Discographie

Sélections

Luis Mariano. Orch. Jacques-Henri Rys
Emi FDLP 1017 (disque 25 cm)

France Aubert, Luis Mariano Orch. Jacques-Henri Rys
Marianne-Mélodie 061588 (1 CD) (+ bonus : récital L.Mariano)

France Aubert, Luis Mariano Orch. Jacques-Henri Rys
EMI C 062 10 401 33T 30cm (1 face) Au verso : Andalousie

Janine Ribot, Odette Lost, Rudy Hirigoyen, Willy Clément, Jack Claret. Orch. Georges Derveaux
Odéon XOC 163

Maria Candido, José Villamor, Youri. Orch. Charly Oleg
FL 1001 33T 30cm

Références

Vous retrouverez La Belle de Cadix dans “Opérette” n° 79, 87, 95, 96, 143, 173, 176, 178, 188, 191 & 201. Si l’un de ces articles vous intéresse, vous pouvez le consulter en allant sur notre page “Anciens numéros”

Le numéro 95 comprend également un grand dossier sur Francis Lopez et son œuvre

Dernière modification: 27/02/2024

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.