Claude Terrasse (1867-1923)

Claude Terrasse (1867-1923)

À juste titre, Terrasse est considéré comme le véritable successeur d’Offenbach par sa verve comique et son humour pénétrant et caustique, et il a su comme Offenbach se choisir des livrets pétillants d’esprit. Mais Offenbach savait combiner le farfelu sur scène avec un esprit commercial avisé dans la vie quotidienne, fréquentant d’ailleurs presque uniquement les milieux conformistes qu’il faisait sursauter. Terrasse, lui, s’est plongé dans les milieux artistiques d’avant-garde. J’ai déjà osé imaginer, ailleurs,  -ô paradoxe ! – que cela fait qu’il a moins réussi à se maintenir que le compositeur de La Belle Hélène.

La recette de base était pourtant la même : parodie d’une époque (antiquité grecque ; moyen âge ; milieux diplomatiques ; histoire biblique, etc.) avec un fourmillement d’anachronismes savoureux, de mots d’auteur, d’allusions politiques et sociales, sur une musique gaie, spirituelle, nerveuse, tout à fait contemporaine de l’époque de la création de l’œuvre. Il s’est en effet écoulé une petite quarantaine d’années entre l’apogée d’Offenbach et celle de Terrasse, aussi les valses du second sont-elles plus lentes, très fin de siècle, plus sensuelles ; les polkas agiles aux allures de galop du premier sont souvent remplacées par des morceaux beaucoup plus déhanchés, plus claudicants. Mais chez chacun d’eux se retrouve cette parfaite maîtrise classique de la forme musicale et le recours à la grande musique tour à tour grandiloquente et passionnément languissante, sur des paroles hautement amusantes, créant l’effet comique.

Les trois grands titres de Terrasse sont Les Travaux d’Hercule (1901), Le Sire de Vergy (1903) et Monsieur de la Palisse (1904) mais quelques ” un acte ” méritent d’être cités : au hasard, La Fiancée du Scaphandrier (1902) ; Chonchette (1902). Les Travaux d’Hercule devaient sauver les Bouffes Parisiens, fermés depuis de nombreux mois. Toute cette musique, écrivirent Noël et Stoullig, est “très franche en sa gaïeté primesautière, en ses mouvements rapides et ses rythmes saccadés et bizarres” (des syncopes) et ils vantèrent ces trois actes “étincelants d’esprit et bourrés d’observation toute moderne en un sujet antique”.

Même succès avec les autres pièces et on ne comprend guère pourquoi Terrasse a subi durant des années une éclipse injustifiée, car son humour fait très contemporain. Il a fallu des minuscules théâtres parisiens, souvent bourrés de talent, pour redécouvrir assez récemment le répertoire de Terrasse. Heureuses initiatives, encore qu’on perd toujours un peu sur le plan musical à réorchestrer Terrasse ou à réduire (fi, le vilain mot !) la musique.

En moins de deux ans (1999-2001), on a repris en France les trois grands Terrasses précités. Ne perdons pas l’habitude retrouvée, d’aller “chercher” chez Terrasse !

Concluons : Claude Terrasse, simple imitateur d’Offenbach ? Ce serait lui faire tort et de plus négliger l’influence qu’un autre a eu sur lui : Hervé, dont la reprise de son Chilpéric date de l’époque des débuts de Terrasse au théâtre. Terrasse ne partage d’ailleurs pas l’engouement d’Offenbach pour le XVIIIe siècle, déjà bien plus éloigné de lui, mais il se complait davantage aux énormes bouffonneries à la Hervé. Il colle à son temps, comme Offenbach, mais autrement, ce temps étant “autre”, lui aussi. Imitateur ? Non. Continuateur, certainement.

Robert Pourvoyeur

— Références
Vous retrouverez Claude Terrasse dans “Opérette” n° 47, 112 & 119. Si l’un de ces articles vous intéresse, vous pouvez le consulter en allant sur notre page “Anciens numéros”

— Œuvres lyriques
Légende : opé = opérette, opé b = opérette-bouffe, oc = opéra-comique, ob = opéra-bouffe, fant = fantaisie, fant lyr = fantaisie lyrique, fant mus = fantaisie musicale, cm = comédie musicale, cv = comédie vaudeville,  dr sacré = drame sacré, dr b = drame bouffe, tr c = tragi-comédie
Le chiffre indique le nombre d’actes (ou de tableaux s’il est suivi de “t”).

Création Titre Auteurs Nature Lieu de la création
1897
28 déc
Noëls bourguignons de La Monnoye Durocher (Léon) fant 1 Paris, Pantins (Les)
1898
29 mars
Vive la France ! Franc-Nohain [Legrand (Maurice Etienne)] [1] Paris, Pantins (Les)
1899
2 nov
Panthéon-Courcelles Courteline (Georges) fant mus 1 Paris, Grand-Guignol
1900
10 mars
Godefroy Courteline (Georges) fant 1 Paris, Pantins (Les)
[2° vers: Paris, 1901: Sigismond]
1900
23 mai
Heure du berger (L’) Rosenval (Karl) [Danville (Berthe)] oc 1 Paris, Bodinière (La) (Th. d’application)
1900
19 juin
Amour en bouteille (L’) Bonis-Charancle (Marc) opé 1 Paris, Fantaisies-Parisiennes
1900
30 juin
Vieillesse de Marc-Antoine (La) Courteline (Georges) prologue Paris, 6 rue Ballu [prologue des “Guerres Puniques”, drame lyrique en 7 parties]
1900
1° oct
Petite femme de Loth (La) Bernard (Tristan ) ob 2 Paris, Mathurins
1901
6 janv
On demande des chanteuses Verse (Albert) ob 1 Royan, Casino
[autre titre: Nord et midi ou Le démon des chanteurs] ?
1901
10 fév
Sigismond Courteline (Georges) fant 1 Paris, Tabarin
[1° vers: Paris, 1900 : Godefroy]
1901
7 mars
Travaux d’Hercule (Les) Caillavet (Gaston Arman de), Flers (Robert de) ob 3 Paris, Bouffes-Parisiens (Choiseul)
1901
20 oct
Tentation de Saint-Antoine (La) Bonnard (Pierre), Terrasse (Claude) dr sacré 3 Grand-Lemps (Isère)
1902
8 janv
Fiancée du scaphandrier (La) Franc-Nohain [Legrand (Maurice Etienne)] opé 1 Paris, Mathurins
1902
11 avr
Chonchette Caillavet (Gaston Arman de), Flers (Robert de) ob 1 Paris, Capucines
1902
2 déc
Au temps des Croisades [2] Franc-Nohain [Legrand (Maurice Etienne)] opé 1 Belgique, Liège, Pavillon de Flore
[2° vers: Paris, 1911 : Péché véniel]
1903
27 janv
Botte secrète (La) Franc-Nohain [Legrand (Maurice Etienne)] ob 1 Paris, Capucines
1903
16 avr
Sire de Vergy (Le) Caillavet (Gaston Arman de), Flers (Robert de) ob 3 Paris, Variétés
1903
14 nov
Péché véniel Franc-Nohain [Legrand (Maurice Etienne)] opé 1 Paris, Capucines
C: Liège 1902 [Au temps des croisades]
1904
2 nov
Monsieur de la Palisse Caillavet (Gaston Arman de), Flers (Robert de) ob 3 Paris, Variétés
1905
10 janv
Manoir de Cagliostro (Le)
[1° vers.]
Jarry (Alfred), Demolder (Eugène) ob 1 Paris, Murillo (salle rue)
2° vers.: 1905 [Le manoir enchanté]
1905
25 mars
Manoir enchanté (Le)
[2° vers.]
Jarry (Alfred), Demolder (Eugène) ob 1 Paris, Maison Lemonnier
1° vers.: 1905 [Le manoir de Cagliostro]
1906
18 mars
Pâris ou Le bon juge Caillavet (Gaston Arman de), Flers (Robert de) opé 2 Paris, Capucines
1907
7 mai
Eglé ou L’enfant de la vache Moreau (Emile & Philippe), Clairville fils (Charles), Depré (Ernest) opé 2 Paris, Moulin-Rouge
1907
11 déc
Ingénu Libertin (L’) ou La Marquise et le marmiton Artus (Louis) [a] Paris, Bouffes-Parisiens (Choiseul)
1908
6 avr
Coq d’Inde (Le) [1° vers] Rip opé 2 Paris, Capucines
[2° vers: Cochon qui sommeille (Le) 1918]
1908
13 avr
Troisième larron (Le) Gauthier-Villars (Henri) opé 1 Paris, Folies-Pigalle
1909
1° oct
Mariée de la rue Brise-miche (La) Courteline (Georges), Marsolleau (Léon) pant Paris, Folies-Bergère
1910
4 mai
Mariage de Télémaque (Le) Lemaître (Jules), Donnay (Maurice) [b] Paris, Opéra-Comique (Favart)
1911
31 janv
Pantagruel Jarry (Alfred), Demolder (Eugène) opé 5 Lyon, Grand-Théâtre
1911
20 mai
Transatlantiques (Les) Franc-Nohain [Legrand (Maurice Etienne)], Hermant (Abel) cm 3 Paris, Apollo
1912
9 mars
Cartouche Delorme (Hugues), Gally (Francis) opé 3 Paris, Trianon-Lyrique
1912
26 avr
Tiers-porteur (Le) ou L’honneur de Désiré Kolb (Jean), Fouquières (André de) opé 1 Paris, Michel (Th.)
1912
14 déc
Miss Alice des PTT Bernard (Tristan ), Vaucaire (Maurice) cm 3 Paris, Cigale (La)
1913
12 août
Amour patriote (L’) Gally (Francis), Kolb (Jean) opé 3 Royan (Casino)
1916
29 juil
Farce du poirier (La) Hérold (André-Ferdinand) oc 1 Paris, Bouffes-Parisiens (Choiseul)
1917 Manon en voyage Carré (Albert) ? représenté pour l’œuvre du Train sanitaire
1918
24 déc
Cochon qui sommeille (Le)
[2° vers]
Rip, Dieudonné (Robert) opé 2 Paris, Michel (Th.)
[1° vers: Cochon d’Inde (Le) 1908]
1919
10 avr
Le Mufti ou Les deux ours [ou Cadi et le Mufti (Le)] Milliet (Paul) farce 1 Monte-Carlo (Opéra)
1920
1° nov
Mari sans sa femme (Un) Adenis (Edouard) opé 1 Paris, Alhambra
1923
23 mars
Chamouche Féraudy (Maurice de), Ricou (Georges) fant mus 1 Paris, Alhambra
1924
5 janv
Faust en ménage [3] Carré (Albert) fant lyr 1 Paris, Potinière (La)
1927
5 mars
Frétillon [3] Carré (Albert) oc 3/4 Strasbourg (Th. municipal)
Boute-en-train Athis (Alf.) cv 3 non représenté ?
Cabinet à vendre Noussanne (Henri de) opé 1 non représenté ?
Chat Botté (Le) Cain (Henri), Adenis (Edouard) oc 9t non représenté ?
Chouquette Dépré (Ernest), Lévy (Armand) opé 3 non représenté ?
Clef du paradis (La) Bérel (Paul), Leroy (André) opé 3 non représenté ?
Deux Augures (Les) Franc-Nohain [Legrand (Maurice Etienne)] ob 1 non représenté ?
Grande vedette (La) Maudru (Pierre), Ducoudray (Etienne) [Epstein (Stéphane)] opé 3 non représenté
Gribouille Coolus (Romain) dr b 5 non représenté
Léda Jarry (Alfred), Rosenval (Karl) [Danville (Berthe)] opé b 1 non représenté
Maîtres Chansonniers de Montmartre (Les) René (Albert), Allais (Alphonse) opé 3 non représenté
Mariage de convenance ? opé 1 non représenté
Muezzin (Le) ? ? non représenté
Oreste La Jeunesse (Ernest) tr c 3 non représenté
Par la taille Jarry (Alfred) opé 1 non représenté
Poires (Les) Franc-Nohain [Legrand (Maurice Etienne)] opé 4 non représenté
Sire Lavedan (Henri), Milliet (Paul) opé 4 non représenté
Suffragette (Die) Engel (Alexander), Grünbaum (Fritz) opé 3 non représenté [devient Le fiancé de paille, ou Le dompteur]

[1] “trilogie à grand spectacle”
[2] représentation privée (Mathurins) en février 1902 sous le titre L’Olifant”, suivie d’une interdiction.
[3] posthume
[a] = “conte galant en 3 actes”
[b] = “comédie en 5 actes et 6 tableaux”

Dernière modification: 29/02/2024

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.