La Chaste Suzanne

La Chaste Suzanne

Jean Gilbert (1879-1942)

 

Max Winterfeld, chef d’orchestre du Centralhallen-Theater de Hambourg, prit le pseudonyme de Jean Gilbert au début du XX° siècle. Son opérette allemande, Die Keusche Suzanne était tirée d’une comédie française “Le fils à papa”, qui avait été représentée à Paris, au Palais-Royal, en 1906, avec un succès tout relatif. Retravaillée par Georg Okonkowsky et Alfred Schönfeld, elle fut créée à Magdebourg en 1910 ; l’année suivante, elle connaît un fabuleux succès à Berlin puis conquiert le monde entier : The girl in the taxi (version anglaise), La Chasta Suzanna (Argentine), La chaste Suzanne (France)… En 1940, en Argentine, Jean Gilbert obtient même le Grand prix de Musique Argentine avec cet ouvrage. C’est d’ailleurs dans ce pays où il avait fui le nazisme qu’il mourut en 1942.
Adaptée en français par Antony Mars et Maurice Desvallières, La Chaste Suzanne fut créée en 1913 à Paris après Lyon. Elle se joua une centaine de fois pour la première série. Elle fut reprise plusieurs fois dans la capitale. La dernière série de représentations eut lieu à la Gaité-Lyrique avec Germaine Roger, Lestelly, Michèle Raynaud, Léo Bardollet, Jacques Monteil et Philippe Andrey (1960). En province, sa carrière se poursuivit plus longtemps. Aujourd’hui, elle est absente des scènes de l’hexagone. Absence provisoire sans aucun doute.
Ouvrage de divertissement par excellence, La Chaste Suzanne restitue le Paris 1900 tel qu’on le représente, avec sa bourgeoisie décadente, ses demi-mondaines, ses joyeux viveurs.

— L’argument

Acte I : Une réception chez les Aubrais, à Paris

Le baron des Aubrais, membre de l’Institut à la réputation irréprochable, est en réalité un joyeux viveur qui passe ses nuits dans des endroits assez peu recommandables. Le baron a deux enfants. Le fils, Hubert, âgé de 20 ans, souhaiterait marcher sur les traces du lieutenant René Boislurette, dont la solide réputation de noceur n’est plus à faire. Mais le sérieux apparent de son père le paralyse. La fille, Jacqueline, est amoureuse – amour partagé – de René. Si la réputation du lieutenant est un attrait supplémentaire à ses yeux, il n’en est pas de même pour le baron qui refuse de donner sa fille à un tel garnement. La baronne des Aubrais, quant à elle, a une admiration sans faille pour ce qu’elle pense être la vertu, la compétence et l’austérité de son époux.

Les invités arrivent… Voici le ménage Pomarel. Madame Pomarel, surnommée “la chaste Suzanne”, a été couronnée par l’Institut pour son œuvre “Le Bon Trottoir”, qu’elle a fondée pour aider à la réinsertion des femmes dites légères. Son époux ignore qu’elle aurait bien besoin elle-même des secours de l’œuvre qu’elle préside.
Suzanne est enchantée de retrouver René avec lequel elle a eu une liaison, voici deux ans. Son mari devant s’absenter le soir même pour effectuer une période militaire, elle lui propose de venir la chercher au Grand-Hôtel. René feint d’accepter, bien décidé à ne pas se rendre à l’invitation, car il a promis à Jacqueline de sortir avec elle. Il donne donc l’adresse de Suzanne à Hubert, qui voit là le moyen tant attendu de se lancer dans une vie de plaisir. Voici maintenant Charencey, l’éternel gaffeur, à qui Suzanne a été contrainte de présenter René comme son mari, lors de leur liaison. La situation devient embarrassante, mais la catastrophe est évitée de justesse. Tout le monde se retire… Dans l’obscurité René et Jacqueline, d’abord, Hubert ensuite, le baron enfin, s’esquivent à pas feutré.

Acte II : Au Moulin-Rouge

Ce même soir, le baron des Aubrais, connu au Moulin-Rouge sous le nom de “Boboche”, se présente accompagné d’une jeune femme qu’il a rencontrée par hasard… dans un taxi. Il ignore qu’elle n’est autre que Rose, la femme de Charencey, à laquelle il n’avait encore jamais été présenté. Suzanne arrive et trouve Hubert, croyant rejoindre René. Elle envisage sans déplaisir une aventure avec ce jeune homme inexpérimenté.
Voici René et Jacqueline. René ne tient pas à s’éterniser au Moulin-Rouge, mais la jeune fille veut s’amuser dans cet établissement fréquenté par des femmes légères. Bien sûr, le baron tombe nez à nez avec ses enfants et René.
Convaincu lui-même de dévergondage, il ne peut plus s’opposer au mariage de sa fille avec René.
La soirée se poursuivrait agréablement sans l’arrivée imprévue de Charencey, puis de Pomarel, que le hasard et un train raté, ont amené en ces lieux. Les deux hommes sont furieux en constatant la présence de leurs épouses. C’est la confusion la plus totale. Prévenue, la police emmène Hubert et son père, les autres réussissant à s’échapper.

Acte III : Un salon chez les Aubrais

Nos noctambules rentrent discrètement au bercail, même le baron et Hubert qui ont été relâchés sans esclandre.
Tout n’est pas réglé. Nos amis se demandent comment calmer le courroux des époux de Suzanne et de Rose. On explique à l’un que Suzanne s’est rendue au Moulin-Rouge à la recherche de brebis égarées, et à l’autre que Rose s’est également décidée à ramener des cocottes à la vertu. L’explication suffit aux maris, qui se félicitent d’avoir des femmes aussi vertueuses.
Ainsi, René épousera Jacqueline. Nos joyeux noctambules pourront continuer leurs fredaines, encouragés par la confiance aveugle de leurs conjoints.

La partition

Acte I :  Chœur et Delphine “Chère baronne” ; “La véritable jeune fille” (Jacqueline) ; Chœur” Voici venir le vainqueur” et des Aubrais “Richelieu n’a pas raté son but” ; Duo Jacqueline-René “C’est bien vrai tout ce qu’on raconte” ; “Ah les femm’s” (Hubert) ; “Qui nous voit passer tous les deux” (Suzanne, Pomarel) ; “Le jour c’est un enfer bruyant” (Suzanne, René, Hubert) ; Final I “Ahquel bonheur”.

Acte II : Chœur ” Dansons, chantons ” ; Couplets d’Alexis ” Etre maître d’hôtel ” ; “C’est mon début” (Hubert) ; “Le petit est fort à mon goût” (Suzanne, Hubert) ; “Quand parmi les froufrous” (René) ; Ensemble “Ici ma fille” ; Final II “Des fiançailles ! Des fiançailles !”.

Acte III : Trio-marche “Ayant rôti plus d’un balai” (René, Hubert, Des Aubrais) – Quatuor “Suzy ! Suzon !” (Suzanne, Des Aubrais, René, Hubert) ; “Au fond d’une courette” (Suzanne, Des Aubrais) ; Chœur final

— Fiche technique

La Chaste Suzanne (Die keusche Suzanne)
Opérette en 3 actes de Georg Okonkowsky et Alfred Schönfeld ; musique de Jean Gilbert. Création à Magdebourg, le 26 février 1910. Une nouvelle version (de Robert Gilbert) a vu le jour en 1953.

Paroles françaises de Antony Mars et Maurice Desvallières. Création à Lyon, théâtre des Célestins, le 7 février 1913. Création à Paris, théâtre de l’Apollo, le 27 mars 1913.
Distribution à Lyon (création française) :
Mmes B. Atkins (Suzanne), Forcy (Jacqueline), Sarah Morin (Delphine), MM. Tréville (Des Aubrais), Georges Cahusac (Hubert), Armand Franck (René), Raoul Villot (Pomarel), Kerny (Charencey),
Création parisienne :
Mmes B. Atkins (Suzanne), Marquet (Jacqueline), Nina Sergy (Delphine), L. Lindsey (Rose), Netter (Irma), MM. Tréville (Des Aubrais), Henri Defreyn (Hubert), Tirmont (René Boislurette), Villot (Pomarel), Fernand Frey (Alexis), Kerny (Charencey). Direction musicale, Joseph Szulc.
Editions Max Eschig

Discographie

Il n’existe pas d’enregistrement en français de La Chaste Suzanne.

Références

Vous retrouverez  La Chaste Suzanne dans “Opérette” n°  64, 131, 141 & 165. Si l’un de ces articles vous intéresse, vous pouvez le consulter en allant sur notre page “Anciens numéros”

 Dernière modification: 27/02/2024

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.