Henri Bourtayre (1915-2009)

Henri Bourtayre (1915-2009)

Henri Bourtayre est né à Biarritz le 21 octobre 1915 où, adolescent, il commence à jouer du piano dans les cabarets. Conseillé par André Dassary, il « monte » à Paris en 1937 et fait la connaissance de Raymond Legrand, Ray Ventura puis de Jacques Hélian pour lequel il fut pendant plusieurs années le compositeur attitré.

Il compose dès 1942 une chanson qui connut une grande vogue : “Ma ritournelle” créée par Roger Toussaint et popularisée par les grandes vedettes de l’époque dont Tino Rossi qui l’interpréta dans son film Fièvres. A la Libération, le triomphe de “Fleur de Paris” se prolongea pendant plusieurs années grâce à l’orchestre Jacques Hélian qui l’avait adoptée comme indicatif.

Toutes les vedettes de l’époque font appel à lui : Maurice Chevalier (“C’est la fête au pays”), André Dassary (“Agur”), Georges Guétary (“Mon cœur est toujours près de toi”), Tino Rossi (“Ma petite Hawaïenne”), Eliane Célys (« Baisse un peu l’abat-jour”), Guy Berry (“Lily Bye.. bye”, “Une fleur sur l’oreille”). Il était lié d’une grande amitié avec Luis Mariano, qu’il avait connu à Irun à l’époque où le ténor chantait dans une chorale. Pour lui, il composa plusieurs chansons (“Ma belle au bois dormant”, 1944, “Le chalet bleu”), mais une seule opérette : Chevalier du ciel (en collaboration avec Jacques-Henri Rys, Gaîté-Lyrique, 1955).

Ses autres opérettes, Miss Cow-Boy (1947, Casino Montparnasse) et Tout pour elle (avec Louis Rey, 1952) ont connu un succès moindre. Après La Caravelle d’or de triste souvenir, il fut appelé à composer Louisane mes amours, créée au Châtelet le 18 décembre 1970. Hélas, cet ouvrage de la dernière chance (le théâtre était en difficulté financière depuis plusieurs années) arrivait trop tard pour redresser la barre. La société gérante du Châtelet déposant son bilan, il fallut arrêter les représentations en avril 1971.

Surtout au début de sa carrière, Maurice Vandair fut son parolier de prédilection. Un peu plus tard, il travailla beaucoup avec Henri Kubnick.

Pour Robert Lamoureux, avec lequel il collabora également, il composa la musique du film : Mais où est donc passée la 7ème compagnie et celles de ses suites ou dérivés. Dans l’ensemble de sa carrière, on lui doit la musique d’une cinquantaine de films.

Henri Bourtayre est décédé le 10 juin 2009.

Jean-Claude Fournier

— Références
Vous retrouverez Henri Bourtayre dans “Opérette” n° 120 & 152. Si l’un de ces articles vous intéresse, vous pouvez le consulter en allant sur notre page “Anciens numéros”

— Œuvres lyriques
Légende : opé = opérette
Le chiffre indique le nombre d’actes.

Création Titre Auteurs Nature Lieu de la création
1947 Miss Cow-Boy Sardou (Fernand), Wolff (Gaston) opé Paris, Casino-Montparnasse
1955
5  janv
Tout pour elles [1] Willemetz (Albert), Berthet (Marius) opé Suisse,Genève
1955
5 oct
Chevalier du Ciel [2] Colline (Paul) opé 2 Paris,Gaîté-Lyrique
1970
18 déc
Louisiane mes amours Valmy (Jean), Plante (Jacques opé 2 Paris, Châtelet

[1] avec Rey (Louis)
[2] avec Rys (Jacques-Henri)
« Marianne Mélodie » a édité 3CD consacrés à l’œuvre d’Henri Bourtayre.

Dernière modification: 29/02/2024

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.